LA MEMBRANE EPI-RETINIENNE (MER)


QU’EST CE QU’UNE MER ?


Un MEMBRANE EPI-RETINIENNE Maculaire (MER), est l’apparition d’une membrane fibreuse et rétractile à la surface de la macula. 
(Également appelée Membrane Epi-Maculaire (MEM) ou Membrane CELLOPHANE, ou Syndrome de JAFFE)

La macula est la région centrale de la rétine, zone la plus richement pourvue de photorécepteurs, qui permet la vision fine (lecture, couleurs, contrastes). Elle est responsable de 90% de l’acuité visuelle à elle seule, bien qu’elle ne couvre qu’un disque de 2mm de diamètre, 1% de la surface rétinienne. C’est « le point de fixation », dans l’axe visuel. 


QUI PEUT ÊTRE ATTEINT DE MER ?
 

Les personnes de 60 ans et plus représentent 90% des cas. Les hommes et les femmes peuvent être atteints, avec une légère prédominance féminine.
Il n’y a pas de transmission héréditaire.
Le risque de MER sur l’autre œil est de 10% à 20% dans les formes spontanées, plus encore dans les formes secondaires comme dans la rétinopathie diabétique.

La MER se constitue spontanément, sans cause connue, dans la plupart des cas. Sa rétraction entraîne des plis rétiniens autour et sur la macula. Elle est comparée à une MEMBRANE CELLOPHANE : tout se passe comme si un film de cellophane était collé sur votre macula, puis chauffé et rétracté.
Parfois, la MER peut être secondaire à une inflammation, un décollement du vitré, un décollement de rétine opéré, une occlusion veineuse rétinienne, une rétinopathie diabétique, etc …. Se sont les MER secondaires.

 

 

QUELS SONT LES SYMTÔMES DE LA MER ?
 

Les signes apparaissent généralement lentement, en quelques mois ou années.
Il n’y a aucune douleur ressentie, l’œil n’est pas rouge et extérieurement normal.
Les symptômes sont uniquement visuels :
BAISSE DE L’ACUITE VISUELLE souvent associée à des DEFORMATIONS D’IMAGES d’apparition progressive, et un FLOU CENTRAL.

Il n’y a pas d’urgence, la baisse de vision s’installant très progressivement.
Quand le diagnostic de MER est confirmé,
le traitement doit être idéalement effectué dans les 3 mois, même s’il est toujours possible plus tard, mais avec un risque de moins bonne récupération.

 

 

QUELS EXAMENS SONT REALISES ?
 

-Un examen du FOND D’ŒIL (avec dilatation de la pupille) peut suffire à établir le diagnostic. Il permettra également de vérifier l’intégrité de la périphérie rétinienne, et l’examen complet du cristallin (cataracte ?).

-Un
OCT (Optical Coherent Tomography) objective indiscutablement la MER, ainsi que ses paramètres associés (traction, œdème maculaire, soulèvement…). C’est l’examen essentiel, et indispensable.

-Une
BIOMETRIE peut être effectuée si une cataracte est associée.

 

 

QUEL EST LE TRAITEMENT DE LA MER ?

Il est uniquement CHIRURGICAL. Aucun traitement médical n’est applicable avant l’opération.
Il n’y a pas d’espoir de guérison spontanée, sans chirurgie.

 

PROCÉDURE : L’intervention se déroule dans un bloc opératoire spécialisé en chirurgie de la rétine, sous microscope.
On réalise 3 orifices de 0.6mm de diamètre dans le blanc de l’œil (sclère). Après avoir aspiré le « corps vitré », et avoir décollé celui-ci de la rétine, on détache la MER avec une micro-pince, puis on enlève la couche la plus superficielle de la rétine (membrane limitante interne).
Cette microchirurgie dure environ 30 minutes.
Il n’y a aucune suture. Il n’y a généralement pas de gaz injecté dans l’œil, sauf exception.


Si une cataracte existe lors du diagnostic, elle peut gêner l’opération rétinienne, et une CHIRURGIE COMBINEE CATARACTE + MER peut être proposée et réalisée simultanément.

Comme pour toute VITRECTOMIE, cette chirurgie est CATARACTOGÈNE, et
vous développerez inévitablement une cataracte dans un délai de 6 à 30 mois après. Elle induit une baisse de vision retardée et progressive.

vidéo

Une CONSULTATION PRE-ANESTHESIE est impérative, et elle devra être effectuée entre 2 mois et 3 jours avant l’opération.

L’opération est effectuée sous ANESTHESIE LOCALE associée à un décontractant, dans la majorité des cas. Une anesthésie générale peut rarement être proposée (myopie forte, cas particuliers…).
Il est indispensable d’être A JEUN, les 6 heures qui précèdent l’intervention. L’anesthésiste, lors de la consultation pré-anesthésie, vous indiquera quels traitements vous serez autorisé à prendre pendant cette période de 6 heures.


IL N’EST PAS NECESSAIRE DE STOPPER SON TRAITEMENT ANTI-COAGULANT (SIMTROM®, PREVISCAN®, COUMADINE®,…)
NI FLUIDIFIANT (KARDEGIC®, PLAVIX®, PRADAXA®, ELIQUIS®, ..…)

La chirurgie de la MER est bien standardisée, et sa réalisation est actuellement peu traumatisante et à très faibles risques de complications : la cataracte (systématique) est plus un effet secondaire qu’une complication, rarement une déchirure rétinienne périphérique (dépistée et traitée immédiatement).

(+ de détails voir Fiche SFO téléchargeable : lien plus bas)

 

QUELLES CONSIGNES POST-OPERATOIRES RESPECTER ?
 

IL N’Y A PAS DE POSITION PARTICULIERE A CONSERVER, sauf s’il a été procédé à une injection de gaz (position bulle) ce qui est rare et vous sera alors expliqué.

INSTILLER LES COLLYRES PRESCRITS en respectant scrupuleusement la prescription.

BOIRE ABONDAMMENT : 1,5 litres par jour, pour accélérer le renouvellement liquidien intra oculaire et éclaircir les milieux.

VOUS POUVEZ VOUS DOUCHER et vous laver les cheveux, en fermant bien l’œil opéré pendant la toilette. Il faut instiller vos collyres en sortant de la douche.

Il est interdit de mettre la tête sous l’eau (baignoire, piscine ou mer)… pendant 3 semaines.
Les bains de mer et piscine sont interdits pendant 20 jours (risque infectieux).

 

LA GUERISON ET LA RECUPERATION VISUELLE ?
 

Pendant une semaine environ la vision peut-être plus faible quand préopératoire. Au-delà la vision s’améliore rapidement le premier mois, puis plus lentement ensuite, pendant 6 mois !

Après 6 mois, il y a peu de chance de récupérer plus, sauf si la cause de mauvaise vision est due à l’apparition d’une cataracte.

Dans la majorité des cas, la vision finale se situe entre 5/10 et 10/10 (sauf chez les myopes forts chez qui le pronostic est plus aléatoire, ou autre maculopathie associée préexistante).

 

 

QUESTIONS FREQUENTES
 

EST-CE QUE CA FAIT MAL ?   NON
Ni pendant, ni après l’opération. Les opérés se plaignent généralement d’une simple sensation de « grain de sable ». Tout au plus un simple antalgique comme le PARACETAMOL suffit à soulager l’inconfort des 48 premières heures.
 

EST-CE NORMAL SI JE N’Y VOIS PAS ?   NON sauf…
Si du gaz a été injecté en fin d’intervention, la vision est réduite à la perception de la lumière, des formes et silhouettes, et de quelques couleurs. La vision se rétablit progressivement au fur et à mesure de la résorption du gaz, d’abord dans le champ visuel supérieur puis vers le bas.
 

EST-CE NORMAL SI JE VOIS UNE ZONE D’OMBRE APPARAITRE DANS MON CHAMP VISUEL ?   NON
Cette situation est rare, mais elle peut correspondre à un décollement de rétine secondaire. Il est important d’en avertir votre chirurgien rapidement.
 

EST-CE NORMAL SI MON ŒIL EST ROUGE ?   OUI
Si aucune douleur n’est associée et que la vision progresse, il s’agit probablement d’une simple hémorragie sous conjonctivale bénigne, une simple ecchymose post opératoire qui disparaîtra seule en 10-15 jours.
 

QUAND POURRAI - JE……. ?

- Me doucher ?  .....................................LE LENDEMAIN DE L’OPERATION
- Me laver les cheveux ? ...................... 48 H APRES L’OPERATION
- Me maquiller ?   .................................. 7 JOURS
- Me frotter les yeux ? ........................... 7 JOURS
- Me baigner en piscine ou en mer ? .... 3 SEMAINES
- Prendre l’avion ? ................................  48H si impératif !! un suivi de 15 jours est raisonnable
- Monter à la montagne > 1000m ?......... 24 H en l’absence de gaz injecté
- Reprendre le sport ? ............................ 1 MOIS (sauf vélo d’appartement 1 semaine)
- Arrêter mes collyres ? .......................... 1 MOIS
- Changer mes lunettes? ........................ 2 MOIS


 

 

Pour d’autres renseignements sur le sujet, téléchargez la fiche de CONSENTEMENT éditée par la SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’OPHTALMOLOGIE. Il est indispensable de la LIRE avant l’opération, et la remettre au chirurgien SIGNÉE :

FICHE SFO - MER